Le « Freestyle » de David Goudreault

David Goudreault est chroniqueur, romancier, poète, performeur québécois et travailleur social.  Malgré son horaire chargé, il a accepté de relever le défi lancé par un employé de la Maison du Père. Voici l’improvisation rythmée qu’il nous a dédiée.

© photo Sacha Bourque

« Salut mes sœurs, salut mes frères de la Maison du Père.
Ici David Goudreault, alcoolique et dépendant, en rétablissement qui vous souhaite une belle journée, un bon 24 heures.
On va essayer de prendre ça un jour à la fois, c’est déjà beaucoup...

Y’a l’ami André Leroux, qui m’a demandé de vous faire un p’tit freestyle, d’improviser un poème avec quelques mots: 

itinérance, espoir, famille, drogues, tentation, peine, colère, démarche, dépendance.
 

Des gros mots… Des gros mots qui sont au cœur de nos vies, de la mienne, comme de la vôtre…

Alors, j’vais essayer de me débrouiller avec ça.

C’est avec ces propres mots
que je pars en impro,
pour vous dire qu’il peut être beau l’itinéraire,
qu’elle peut même être belle l’itinérance,
si on en profite pour entrer en soi,
pour mieux aller dans le monde,
même si parfois on perd espoir,
on est loin de nos familles, nos enfants, nos blondes,

le meilleur est peut-être à venir,
le meilleur c’est peut-être l’avenir…

On l’trouvera pas au fond d’un sachet,
c’est pas dans les drogues qu’on peut s’épanouir. 

Malgré toutes les tentations,
tout ce qui nous éloigne de qui on est vraiment
et de nos passions,
ça vaut la peine d’aller au-delà de la peine,
de retrouver la joie, de délaisser la colère,
et de voir de quoi on a l’air
quand on va au bout de nos démarches,
une marche à la fois. 

Surmonter nos dépendances
même si on dépend les uns des autres,
quand on y pense…
on dépend surtout de soi,
alors à chaque jour il faut faire le bon choix.

Pas facile... mais ça peut embellir la vie.

Merci belle gang de la Maison du Père.


Merci André pour l'opportunité de saluer tous ceux et celles qui cheminent avec vous.

C’était David Goudreault qui vous offrait ces quelques mots et qui vous souhaite un bon 24 heures, un jour à la soif, un jour à la fois, on va y arriver.

Salut! »