Yvon, 62 ans

Résident de J.A. DeSève

N'a pas choisi
d'être sans-abri.

En 2011, la femme de M. Yvon Gendreau décède brusquement, laissant seul celui qui était l’homme de sa vie depuis près de 30 ans.  Dévasté, M. Gendreau, qui demeurerait alors à l’extérieur la ville, décide de se rendre à Montréal pour se changer les idées.  Il n’est jamais rentré chez lui.

Vivant une importante dépression, M. Gendreau élit domicile dans un parc où il passera la majorité de son temps durant plus de 3 ans. Les commerçants du coin lui proposent parfois quelques bouchées, sans quoi il doit mendier pour subsister à ses besoins.  Mais les hivers sont rudes, et lors d’une froide journée de février, les policiers doivent le conduire à l’hôpital.

Ses pieds sont complètement gelés.  Après avoir stabilisé son état, les médecins diagnostiquent divers troubles de santé découlant de son diabète non traité durant ses années d’itinérance. À ce moment, il est impensable de raccompagner M. Gendreau à son banc de parc. Il a besoin d’un lieu de repos, de rétablissement et d’un suivi.  N’ayant ni parent, ni ami, ni logement, il sera accueilli à l’unité de convalescence de la Maison du Père, où il restera six mois.

C’est le temps qu’il  lui fallait pour réaliser qu’il n’avait pas envie de terminer ses jours dans la rue.  Son âge et sa condition lui donnait accès à la Résidence pour aînés de la rue où on lui trouve rapidement une chambre. Ça ne ramènera pas l’amour de sa vie, mais au moins Yvon Gendreau bénéficie d’un minimum de confort dans lequel il se sent bien.

 
  • Instagram
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
550, boulevard René-Lévesque Est
Montréal  (Québec)  H2L 2L3
514 845-0168