Faire le bien, même après son départ...

Monsieur Robert Lemaire est un homme d’affaire qui a travaillé pendant plus de 30 ans comme coordonnateur des transports médicaux chez Air Canada. Il est décédé le 23 janvier 2019, entouré de ses plus proches amis.

Quelques semaines avant sa mort, après mûres réflexions, il a transmis ses dernières volontés à son notaire : faire de la Maison du Père son légataire universel, puisque sa mission lui tenait à cœur, mais aussi parce qu’il avait été impressionné par son organisation et le dévouement de son personnel, lors d’une visite de l’organisme.

La Maison du Père est connue pour son service d’hébergement d’urgence qui offre un gîte et des repas aux hommes sans-abri. Pourtant, son action pour contrer l’itinérance est beaucoup plus grande. En plus de répondre aux besoins primaires des hommes de la rue, elle les aide à cheminer vers l’autonomie, et ce, avec compassion et respect, grâce à ses nombreuses solutions d’hébergement.

C’est à quoi il voulait contribuer après son départ…

 

Toutefois, la somme léguée étant très importante. Il a donc demandé à une amie de veiller au respect de ses volontés. « Notre ami Robert était un être généreux, tant par sa disponibilité à toute épreuve que par le bien qu’il faisait à son entourage. Ce qui le rendait particulièrement différent, c’était son regard sur les autres: jamais un commentaire négatif, toujours une pensée positive pour justifier des comportements qui en auraient dérangé plus qu’un. ».

C’est donc avec honneur qu’elle a accepté cette responsabilité.

Après discussions avec les responsables de la succession et ceux de la Fondation de la Maison du Père, il a été entendu que le legs de M. Lemaire servira principalement au développement des projets d’hébergement en logement et d’accompagnement social de la Maison du Père. Il permettra d’assurer l’aménagement des lieux et une partie du coût de ses opérations, notamment au niveau du personnel de soutien et d’intervention.

L’un des complexes d’hébergement comportera 54 studios pour personnes autonomes de 50 ans et plus qui se sont retrouvées en situation d’itinérance, pour diverses raisons. Il portera le nom de Robert Lemaire, en sa mémoire.