Jacques,  60 ans

Usager du Refuge

Aide-technique à la cuisine

Jacques, 60 ans, s’est présenté pour la première fois au Refuge le 25 janvier 2017.
 

Il a travaillé toute sa vie dans la restauration. Depuis un an, il travaillait pour le même restaurateur, et faisait souvent 50 ou 60 heures par semaine. Son employeur lui payait 40 heures, lui promettant que les heures cumulées seraient payées pour des congés, des maladies, etc.


À la fin de la première année, quand Jacques a voulu profiter de ses heures cumulées, son employeur lui a dit qu’il ne lui payerait jamais.

Devant cet abus de pouvoir, Jacques a quitté son emploi. Toutefois, demeurant en haut du restaurant, il a également perdu son logement. Il s’est donc pris une autre chambre, et fait sa demande de chômage. Or, comme il avait quitté lui-même son emploi, sa demande de chômage a été refusée.


Sans ressource financière, il a donc rapidement passé à travers ses économies et s’est retrouvé, pour la première fois en 60 ans, au Refuge de la Maison du Père.

Un intervenant l’a rencontré le premier soir de son arrivée et plusieurs démarches ont été entreprises afin que Jacques puisse quitter rapidement sa situation d’itinérance. Dans un premier temps, l’intervenant l’a aidé à faire une demande d’aide sociale. Jacques n'était pas d'accord, mais a compris que les démarches de contestation auprès du chômage risquaient d’être longues et qu'il devait s’assurer d’un revenu. L’intervenant l’a ensuite inscrit à la clinique juridique afin qu’il puisse être aidé dans ses démarches auprès du chômage. Jacques avait également cumulé quelques contraventions. L’intervenant l’a donc inscrit dans un programme de travaux communautaires auprès d’un autre organisme afin de payer cette dette. Ces travaux se sont terminés à la fin du mois d’avril.


Jacques s’est également impliqué à titre d’aide technique à la Maison du Père. Il offre son temps au service de la cuisine. Vendredi le 14 avril, il avait une entrevue pour un emploi avec une subvention salariale. Il a également trouvé un logement pour juin 2017.

En trois mois, grâce à la Maison du Père, Jacques a réglé ses contraventions, trouver un logement et un emploi dans la restauration. Il est également en voie de régler son litige avec le chômage.

 

N'a pas choisi
d'être sans-abri.

  • Instagram
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
550, boulevard René-Lévesque Est
Montréal  (Québec)  H2L 2L3
514 845-0168