Argon & André

Intervenant canin &
Coordonnateur du
programme de réinsertion
et de soutien résidentiel

En route pour notre entretien, le principal intéressé marche, fier et calme, impassible et discipliné, traversant la salle Ave Maria, regard droit devant. Cette salle est un lieu d’activités pour les hommes de la rue hébergés par la Maison du Père. Certains hommes qui s’y trouvent détournent le regard pour apercevoir notre invité de marque. Soudain, les cris de jeunes intervenantes retentissent. « Argon!!! », s’exclament-elles. Notre invité est suffisamment populaire à la Maison pour faire plus d’un jaloux. Manifestement, le fait qu’il marche à quatre pattes et possède un pelage fourni n’enlève rien à sa prestance. Bien au contraire.

Argon est le seul employé canin de la Maison du Père. C’est un chien labernois Saint-Pierre, fruit d’un croisement entre le bouvier bernois et le labrador. Sa présence à la Maison est, pour sa part, le fruit d’une collaboration entre la Maison du Père et la Fondation Mira, le célèbre OBNL offrant des chiens guides et des chiens d’assistance. Le chien de service de la Maison du Père réconforte les hommes qu’elle héberge, favorise les échanges entre usagers et intervenants, et désamorce même les crises. Pour mieux comprendre son rôle, son inséparable compagnon André, coordonnateur du programme de réinsertion et de soutien résidentiel, a accepté de nous rencontrer en sa compagnie.

André est l’accompagnateur désigné d’Argon depuis 2020. Il nous explique comment Argon a été rigoureusement entraîné à être un chien d’assistance par la Fondation Mira. En effet, il a passé un an dans une famille d’accueil avant de suivre un entraînement d’un an chez Mira. C’est pendant cette période qu’est déterminée la fonction précise du chien : sera-t-il un chien de soutien émotionnel, un chien pour personne handicapée, ou pour personne non-voyante? Il embarque par la suite dans sa carrière, et peut prendre sa retraite à partir de l’âge de 8 ans. Mais, comme Argon, André a aussi reçu un entraînement de Mira! Pendant 4 jours, il a été hébergé en chambre privée par Mira pour apprendre comment commander un chien de Mira. L’OBNL maintient un suivi jusqu’à ce jour et Argon partage son temps entre la Maison du Père et sa propre famille d’accueil, celle d’une ancienne employée de la Maison.

Comme nous l’explique André, les talents d’Argon s’exercent notamment lors des rencontres « Parlons avec Argon ». Ces rencontres ont lieu deux fois par semaine, à la résidence J.A. DeSève de la Maison. « Ça permet à la personne de verbaliser n’importe quoi. Ça tourne souvent autour des animaux, pour commencer… Ils disent : ‘Ah, quand j’étais jeune, j’en ai eu un chien, y’était gros, pis je l’aimais…’ Puis, les usagers qui parlent pas beaucoup, quand Argon est là, ils s’expriment ‘à travers’ le chien… Ils sont tout contents… tu vois l’expression dans leurs visages », dit-il. Puis, la présence du chien, et sa « douceur », ouvrent la discussion à des confidences parfois plus profondes, qui n’auraient jamais été faites en son absence.

En général, « il sent les gens qui sont vulnérables ou tristes », et se rend particulièrement disponibles à ces personnes. De plus, il peut désamorcer des crises. « Je pense que c’est une de ses spécialités. Parce que quelqu’un qui va être fâché, tu fais juste passer à côté, et le gars remarque le chien. Et, des fois, inconsciemment, le gars veut pas lui faire peur. Ça fait que, souvent, Argon va diminuer la crise, et l’attention du gars va être portée sur lui. L’attitude change complètement. », dit André. « Argon, il apporte beaucoup ».

Parfois aussi, Argon part à l’aventure, à l’extérieur de la Maison, car il est membre informel de l'Équipe métro d'intervention et de concertation (EMIC). Cette équipe est composée, à la base, d’un intervenant social de la Société de développement social, d’un policier du SPVM et d’un inspecteur de la STM. Elle patrouille le métro afin d'offrir un accompagnement aux personnes en situation d'itinérance et les guider vers les ressources appropriées à leurs besoins, des ressources telles que la Maison du Père. Avec Argon, « le contact se fait plus facilement », dit André. Selon lui, sans le chien, certaines personnes répondraient qu’elles n’ont pas besoin d’aide. Avec la présence d’Argon, les individus approchés s’adressent souvent d’abord à lui, et se laissent aborder par la suite par les intervenants, qui peuvent alors l’aider plus aisément.

Cette délicate diplomatie qu’exerce Argon est rendue possible grâce à sa personnalité. Il a un caractère bien défini, comme tout autre employé de la Maison. André en témoigne : « J’en ai eu plein de chiens, mais lui, j’ai jamais vu un chien doux comme ça. Je l’ai jamais entendu japper. Jamais. J’ai jamais vu un chien calme de même. » Toutefois, au retour de la fin de semaine, le lundi matin, « il est plus ‘délinquant’ »! Comme nous tous… Et pourtant, sa personnalité avenante a contribué à tisser des liens forts et étroits avec son compagnon André. « Parfois, c’est des journées difficiles, alors quand je retourne avec lui dans le bureau, et qu’il vient me voir, ça change toute la donne. Ça fait qu’il est aussi important pour moi que moi je peux l’être pour lui. »